Les lauréats des Prix de l’APASE 2021

De gauche à droite : Stéfanie Bergeron, Robin Crowder, Francis Huot et Phedra Moon Morris.

Après une année de pause attribuable à la COVID-19, l’Association professionnelle des agents du Service extérieur (l’APASE) relance cette année son programme de prix. Le comité des prix a reçu au cours des deux dernières années un nombre exceptionnel de mises en candidature qui ont été soumises à l’examen des membres distingués du jury de sélection des prix. Le jury a choisi quatre dignes lauréats et lauréates représentants les filières Politique, Commerce, Immigration et Aide internationale du service extérieur.

La 31e édition du programme de prix de l’APASE est exceptionnelle à maints égards. Elle raconte les histoires d’agents et agentes du service extérieur qui se sont démarqués au cours d’une année extrêmement difficile, tant en réaction à des crises urgentes résultant de la pandémie que dans l’exercice de leurs fonctions « ordinaires » du service extérieur dans des circonstances qui n’avaient rien de normales. C’est aussi la première fois que des agents et agentes du service extérieur de la nouvelle filière Aide internationale (AISE) étaient admissibles à la mise en candidature et, également, la première fois qu’un collègue de l’AISE se voyait décerner un prix de l’APASE.

Les lauréats des prix de l’APASE pour 2021 sont :

STÉFANIE BERGERON
Stéfanie Bergeron en était sur sa première affectation à l’étranger, à Bamako au Mali, comme une Agente junior de Service extérieur. Mais, dès sa première année elle a occupé un poste de niveau FS3 par intérim : Gestionnaire de programme en politique étrangère et diplomatie.

Au mois de mars, l’an dernier, Stéfanie avait contribué à rapatrier la victime canadienne d’un enlèvement; puis, la Mission a été forcée d’évacuer le personnel non-essentiel à cause de la pandémie. Stéfanie a pris sur elle seule le travail de la section entière du Service en travaillant souvent tard dans la nuit pour aider des Canadiens bloqués à quitter le Mali.

Au mois d’août, à peine deux jours après le coup d’état militaire, on lui a demandé d’occuper le poste de Chargée d’affaires du Canada en l’absence de l’ambassadeur. Pendant les six mois qui ont suivi, en dépit de l’incertitude politique et d’un conflit armé, elle a orienté et respecté les priorités du Canada, parfois au prix d’un risque personnel important. En étroite collaboration avec ses collègues, avec le personnel engagé sur place et avec la communauté diplomatique, elle a fourni des analyses politiques et des conseils opportuns au sujet du coup d’état.

De plus, elle a fait progresser les intérêts du Canada dans la région, du point de vue consulaire et commercial comme celui du développement. Pendant tout ce temps, elle est restée fortement engagée face à la sécurité du personnel qui retournait au travail.

Il est rare, dans l’histoire du Ministère, qu’une agente débutante ait occupé un poste supérieur dans des circonstances aussi difficiles. Stéfanie Bergeron a fait preuve de leadership admirable : elle est une agente du Service extérieur remarquable.

ROBIN CROWDER
Au cours d’une année normale, le rôle de Robin Crowder à titre de Gestionnaire des affectations de la Direction de la gestion des effectifs au Réseau international d’IRCC est déjà exigeant. Elle jumelle les personnes aux affectations, agissant comme pivot pour le perfectionnement professionnel et le bien-être personnel de chaque personne dans un poste FS.

Toutefois, l’année fut loin d’être normale. Dès janvier, avec la première éclosion de la Covid-19 en Chine continentale, Robin a participé au processus d’évacuation des agents d’IRCC et des membres de leur famille. Tout le monde pensait que ce serait temporaire, pour quatre à six semaines. 

Robin Crowder a géré l’une des pires situations constamment changeantes possibles. À mesure que la pandémie croissait et que les demandes urgentes se multipliaient dans le monde, son équipe a prêté l’oreille, s’est adaptée et a offert des solutions et des alternatives à la moindre occasion. Sa priorité a toujours été la sécurité des agents et des membres de leur famille.

Par des mises à jour par courriel, des appels personnels et des vidéoconférences, Robin a tenu tout le monde au courant, branché et calme sur une base souvent quotidienne. Et même lorsque littéralement des centaines se trouvaient en ligne dans un appel vidéo à partir de son sous-sol, elle a réussi à faire en sorte que chacun, chacune, se sente apprécié et appuyé. Elle a répondu à toutes sortes de questions, qu’il s’agisse des familles élargies et des études des enfants, sans oublier les foyers, les carrières et les collègues. Son écoute attentive et empathique et, surtout, son humanité et son honnêteté, ont inspiré confiance.

Robin Crowder elle-même constitue l’exemple parfait d’une gestionnaire chargée de trouver la bonne personne pour chaque emploi. Par sa compassion et sa bonté, sa sagesse et sa prise en charge sécurisante, elle a rendu un service phénoménal à IRCC et au Canada.

FRANCIS HUOT
Francis Huot est un délégué commercial d’expérience. Ainsi, en arrivant en Nouvelle-Zélande, il a tout de suite noté une particularité dans ce marché : l’économie maorie croissait plus rapidement qu’aucun autre secteur de l’économie du pays. Il y a perçu un marché en croissance, mais également une façon de s’insérer dans le domaine sous-représenté des échanges directs entre indigènes.

Pour les Maoris, le commerce efficace est fondé sur une relation de confiance. Francis a établi ces relations en misant sur l’opportunité réciproque et sur le commerce durable. Il est devenu la personne-ressource au sein de la communauté d’affaires maorie et du gouvernement néo-zélandais.

Il a aidé à mettre sur pied une délégation canadienne de gens d’affaires indigènes au Forum mondial des Entreprises autochtones; la première mission commerciale autochtone du Canada et l’occasion de tisser des liens avec plus de cinq cent cinquante dirigeants et entreprises.

Francis a participé au lancement de Indigi-X, un programme d’échanges à l’intention de jeunes professionnels autochtones visant la création de réseaux politiques et commerciaux. D’ailleurs, les Hauts commissariats du Canada et de la Nouvelle-Zélande soutiennent cette initiative du secteur privé.

De concert avec le gouvernement néo-zélandais, Francis a accompagné une délégation de dirigeants commerciaux maoris à Vancouver à l’occasion Forum mondial des Entreprises autochtones, organisé par le Canada en deux mille dix-neuf.

Francis Huot s’avère un pionnier en matière de politiques et de programmes. Ces fondations solides et ces réseaux forts qu’il a construits demeureront bien après que Francis ait quitté son poste.

PHEDRA MOON MORRIS
Phedra Moon Morris a toujours fait bouger les choses, si complexes soient-elles. En 2017, elle a entrepris une affectation comme chef de l’Aide au Haut-Commissariat du Canada au Bangladesh, prête à gérer l’aide au développement.

Mais, à peine quelques jours après son arrivée, un million de Rohingya ont surgi et franchi la frontière en provenance du Myanmar et Phedra Moon a dû pivoter rapidement. S’adaptant à l’exode de personnes fuyant un génocide, elle est devenue leur alliée dans une crise humanitaire. Grâce à son vaste réseau couvrant de nombreuses missions et pays, Phedra Moon a réuni les personnes compétentes pour créer des solutions novatrices et bâtir des consensus. Elle a formulé des recommandations en appui non seulement à la réaction d’Ottawa à la crise, mais aussi au fondement de la stratégie triennale du Canada. Elle a ainsi placé le Canada à l’avant-plan de la réponse internationale. Phedra Moon est devenue LA personne-ressource au sein de la communauté diplomatique.

Phedra Moon a également fait preuve d’un solide engagement en matière de responsabilisation et de justice à l’échelle internationale pour les Rohingya par ses efforts de soutien de la cause de la Gambie contre le Myanmar devant le Tribunal international. Elle a personnellement vu au passage sûr des témoins des réfugiés afin qu’ils puissent témoigner à La Haye et fait en sorte qu’une mission d’enquête de la GRC visant à étayer les déclarations dans les camps puisse aller de l’avant, tout cela pendant la pandémie.

Phedra Moon Morris déplace les montagnes – et parfois toute la communauté internationale – afin de soutenir les personnes les plus vulnérables au monde. Elle mérite vraiment le prix de cette année.

—–

Le jury de sélection de 2018 était composé de : Dr Roland Paris (président), Mme Anne Arnott, M. Bill Crosbie, Mme Meredith Preston McGhie, M. Tom MacDonald et Mme Emmanuelle Latraverse.

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account