Les diplomates fédéraux déclarent une impasse dans leurs négociations collectives

OTTAWA, ONTARIO– L’Association professionnelle des agents du Service extérieur (l’APASE) a déposé une demande d’arbitrage après avoir déclaré une impasse dans ses négociations collectives avec le Secrétariat du Conseil du Trésor (SCT) fédéral.

L’APASE, le syndicat qui représente les 1600 employés du service diplomatique du Canada, a déclaré une impasse le 21 février au terme de neuf mois de négociations collectives avec le SCT. Le syndicat est sans convention collective depuis le 1er juillet 2018.

« Je suis très désappointée que nous ayons été obligés de prendre cette grave mesure », a déclaré Pamela Isfeld, présidente de l’APASE. « Nous travaillons d’arrache-pied depuis six mois afin d’en arriver à un compromis acceptable avec le Conseil du Trésor sur tout un éventail d’enjeux d’une importance cruciale pour les employés du groupe du service extérieur (FS) du Canada. Le SCT n’était malheureusement pas disposé à collaborer avec nous en vue de régler la plupart de nos points en litige. »

À titre de partie négociatrice de bonne foi, l’APASE était prête à trouver un compromis sur bon nombre des propositions du SCT, mais ce dernier n’a malheureusement manifesté aucune volonté de faire des concessions raisonnables.

« En fin de compte, lorsqu’il est devenu évident que nous ne réussirions pas à concilier nos positions respectives, l’équipe de négociation de l’APASE a jugé qu’elle n’avait d’autre option que de déclarer une impasse », a poursuivi Mme Isfeld.

L’Association a présenté à la Commission des relations de travail dans la fonction publique (CRTFP) une demande visant à régler le litige par voie d’arbitrage exécutoire.

L’APASE entend soulever d’importantes revendications en arbitrage, notamment :

  • l’exercice juste et raisonnable des droits de gestion de l’Employeur;
  • l’accès adéquat aux médicaments requis pour les FS en mission à l’étranger;
  • la conformité de l’Employeur avec les lois et directives en matière de santé et de sécurité au travail (SST), au Canada comme dans les missions diplomatiques;
  • de meilleures mesures de protection contre le harcèlement pour les FS;
  • faire en sorte que l’Employeur respecte ses propres normes de rapidité concernant la paye dans le règlement des problèmes résultant de Phénix.

 

L’APASE a demandé l’établissement d’un tribunal d’arbitrage composé de trois membres pour trancher ces questions et d’autres points.

« Nous avons bon espoir que le résultat nous sera favorable, car nous estimons que nos positions de négociation sont très raisonnables », a conclu Mme Isfeld.

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account