Le point sur la COVID-19 de la présidente de l’APASE pour le 4 décembre 2020

Chers membres,

Incroyable : c’est déjà décembre ! 2020 a assurément déséquilibré notre notion du temps. Je sais que pour, certains, on dirait que nous n’en sommes encore qu’à la fin mars, mais que, pour d’autres, il y a une éternité que nous sommes en confinement et en télétravail. Pour d’autres encore, c’est probablement comme si le temps s’était arrêté. Il va sans dire que je pense ici à notre ami et collègue Michael Kovrig.

Depuis le 10 décembre 2018, Michael, tout comme son compatriote canadien Michael Spavor, est détenu par les autorités chinoises à Beijing après une arrestation que le premier ministre Justin Trudeau a qualifiée d’ « arbitraire et inacceptable ». Il n’a pas été accusé du moindre délit, et il n’y a eu que des allégations sans fondement qu’il aurait « compromis la sécurité de la Chine ». Il est emprisonné sans accès à un avocat ou à sa famille et il n’a eu que des visites périodiques de fonctionnaires du consulat du Canada.

Jeudi prochain, et fort à propos, c’est la Journée internationale des droits de l’homme – journée marquant l’adoption de la Déclaration universelle des droits de l’homme par l’Assemblée générale des Nations Unies, le 10 décembre 1948. Ce jour-là, il y aura aussi deux ans depuis l’arrestation de Michael Kovrig et Michael Spavor. Deux ans. 731 jours. Ça suffit. Le temps est venu de les rapatrier.

L’APASE s’est engagée à accroître la sensibilisation à leur situation difficile. À titre de votre présidente, j’ai écrit personnellement au Premier ministre pour lui renforcer notre vive inquiétude pour sa santé mentale et sa sécurité physique et souligner que le statu quo est lourd de conséquences pour les deux Michael.

Cette semaine, nous avons aussi lancé une campagne de publicité sur National Newswatch, le site national d’actualités politiques. Je sais que vous m’entendez parler des deux Michael depuis près de deux ans, mais j’estimais que le moment était venu de mettre tous les Canadiens et les Canadiennes au courant. Le 10 décembre, jeudi prochain, nous demandons aux personnes d’utiliser les graphiques de médias sociaux inclus dans cette trousse et de modifier leur profil et leurs photos de couverture pour la journée. Joignez-vous à moi et posez ce simple geste pour faire passer clairement le message : LIBÉREZ-LES MAINTENANT.

Les amis et collègues de Michael à International Crisis Group marcheront ou courront 5 kilomètres, soit 7000 pas, chaque jour d’ici le 10 décembre, en l’honneur du nombre de pas quotidiens qu’il fait dans sa cellule de prison. Ils publieront leurs photos sur les médias sociaux en utilisant le hashtag #FreeMichaelKovrig et demandent aux membres de l’APASE de faire de même.

Parallèlement, notre travail au sein du groupe de travail du CNM sur la COVID-19 se poursuit. Nous pressons l’employeur sur plusieurs enjeux. Je sais que plusieurs d’entre vous se posent des questions sur les incidences fiscales du télétravail. Le groupe de travail doit rencontrer un représentant de l’ARC d’ici peu pour examiner les détails concernant la présentation du formulaire T2200 et la façon de réclamer jusqu’à 400 $ sans justification détaillée de dépenses. Une fois que nous aurons tous les détails, nous nous empresserons de vous les communiquer.

La semaine dernière, Nancy Chahwan, la Dirigeante principale des ressources humaines, a publié un autre message dans lequel elle expose clairement que l’on continuera à prioriser le télétravail pour les fonctionnaires dans l’avenir prévisible. Elle y renforce également la directive sur l’utilisation des « autres congés payés (699) », qui stipule que ce genre de congé devrait être accordé au cas par cas, et seulement après que le travail à distance ou modifié, ou les horaires de travail souples auront été pris en compte, et en général seulement après que l’employé aura d’abord utilisé d’autres congés payés pertinents. Cette réitération de la directive publiée à la fin d’octobre ne tient pas compte des préoccupations et des objections déjà soulevées par les agents négociateurs. Nous continuons à presser l’employeur sur cette question importante et nous examinons des options de réponse collective.

Lors de la dernière rencontre du groupe de travail, nous avons aussi discuté du plan de vaccination de l’employeur. L’APASE s’est jointe aux autres syndicats pour exiger que les travailleurs de première ligne, y compris les employés dans les missions à l’étranger, et en particulier ceux qui ont des responsabilités d’interaction directe avec la clientèle, figurent parmi les premiers groupes à être vaccinés.

Compte tenu de leur caractère controversé, ces deux derniers points resteront probablement à l’ordre du jour des rencontres hebdomadaires du groupe de travail tout au cours du premier trimestre de 2021. Nous vous tiendrons au courant des développements au fur et à mesure.

D’autre part, le groupe de travail chargé du renouveau de bout de papier doit se réunir la semaine prochaine afin de nommer un rédacteur ou une rédactrice en chef intérimaire. Celui-ci ou celle-ci, de concert avec certains membres du comité supérieur de rédaction, sera chargé-e de rassembler les ressources requises pour amorcer les travaux en vue de la publication du premier numéro du nouveau bout au début de 2021. Je suis enthousiasmée par tout ce travail et cet engagement que l’on met dans cet important enjeu, préserver et moderniser notre magazine phare. J’ai hâte de vous donner d’autres bonnes nouvelles à cet égard.

Dans l’intervalle, si vous avez besoin d’aide au sujet de votre situation particulière au travail, n’hésitez pas à communiquer avec notre directrice générale Kim Coles. Elle s’empressera de vous mettre en contact avec l’un ou l’autre de nos conseillers en relations de travail. Pour toute autre question, il suffit d’envoyer un courriel à info@pafso.com en tout temps, et quelqu’un communiquera rapidement avec vous.

Si vous avez juste le goût de vous pointer pour un café, n’oubliez pas que nous avons une rencontre virtuelle tous les mercredis à 10:30, heure d’Ottawa. Cliquez ici si vous voulez vous joindre à nous.

J’espère aussi que vous pourrez participer à notre prochain petit déjeuner virtuel de l’APASE qui aura lieu à 08:00 le mardi 8 décembre. Notre conférencier invité sera Tim Martin, ancien membre de l’APASE, qui nous parlera de son polar récemment publié, Moral Hazards. Le roman de Tim s’inspire de son travail au sein du Groupe de travail sur la stabilisation et la reconstruction de même qu’en Somalie et en Afghanistan pour soulever diverses questions, notamment le recours à l’agression sexuelle comme arme de guerre et les « marchés cachés » conclus par la communauté internationale « lorsque nous tentons d’appliquer des solutions militaires aux États en déroute ». Veuillez vous inscrire ici pour une séance qui promet d’être intéressante. Si vous désirez lire le livre, vous pouvez le commander sur le site web de l’auteur ou le trouver en format numérique chez Chapters Indigo et Amazon.

Je le répète, c’est incroyable, mais nous sommes déjà en décembre. Nous avons passé à travers tant de choses cette année. Cependant, n’oublions pas les souffrances de notre ami et collègue emprisonné en Chine. Nous devons nous concentrer sur sa détention arbitraire et faire en sorte qu’il soit rapatrié. J’espère que vous vous joindrez à moi dans notre campagne sur les médias sociaux le jeudi 10 décembre. Posons tous et toutes ce simple geste afin de faire passer ce message clair : deux ans, ça suffit. Le moment est venu de rapatrier Michael Kovrig et Michael Spavor.

Nous reparlerons de nouveau dans quelques semaines. D’ici là, prenez soin de vous et des autres.

Cordialement,

Pam Isfeld
Présidente


Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account