Le point sur la COVID-19 de la présidente de l’APASE pour le 2 octobre 2020

Chers membres,

C’était inévitable, la deuxième vague de la pandémie du coronavirus frappe actuellement le Canada. Le nombre quotidien de nouveaux cas augmente sans cesse partout au pays, et certaines régions devraient retourner en confinement au fur et à mesure que le temps se refroidira. Il va sans dire que tout cela est préoccupant, mais nous sommes beaucoup plus conscients et mieux préparés et informés que nous ne l’étions en mars et avril. Par exemple, nos scientifiques et nos médecins en connaissent cette fois beaucoup plus sur le virus et la COVID‑19. Le Canada et bon nombre d’autres régions dans le monde possèdent aujourd’hui une infrastructure de test exhaustive. Dans la région de la capitale nationale, les systèmes et les protocoles mis en place pour réagir aux éclosions du printemps ont résisté à l’épreuve du temps et sont prêts à affronter une autre vague. 

L’un de ces outils, l’application Alerte COVID, a été élaborée par des collègues fonctionnaires afin d’aviser les personnes susceptibles d’avoir été exposées au virus au Canada. Vous trouverez ici un lien permettant de télécharger l’application et des outils numériques à utiliser sur vos médias sociaux. Si ce n’est déjà fait, vous devriez envisager d’installer l’application et de recommander à vos amis et à vos proches d’en faire autant. Plus nombreux nous serons à l’utiliser, plus grande sera son efficacité. 

Ici, au siège social de l’APASE, nous resterons principalement en télétravail pour l’avenir prévisible. Nous venons de passer les six derniers mois à peaufiner nos systèmes d’accès à distance et à travailler de concert avec l’employeur à nous adapter à la « nouvelle normale »  et, ainsi, nous sommes confiants de pouvoir continuer à nous battre pour nos membres et à composer avec tout ce que la prochaine vague pourrait avoir pour conséquences pour eux. 

La semaine dernière, Keely Hunter et Bronson Borst, vos représentants AGC au Comité exécutif, se sont joints à moi pour une rencontre présidée par les Relations de travail avec Lisa Almond, directrice générale des Relations avec les clients et des opérations des missions, et Derrick Stewart, directeur général par intérim de la Sécurité et de la gestion des urgences, tous les deux d’AMC, pour discuter des problèmes particuliers à la filière AGC. Nous avons appris avec plaisir qu’un certain nombre de mesures visant à alléger le fardeau de ces effectifs, notamment le déploiement d’agents de service temporaire, sont déjà en voie d’être prises. Ils se sont aussi montrés très réceptifs à nos messages concernant la nécessité de filtrer et de prioriser les affectations aux missions qui fonctionnent exclusivement avec du personnel essentiel, ainsi que de régler les problèmes de dotation et de charge de travail à long terme. Nous avons fait valoir haut et fort votre argument selon lequel le fait de se dire préoccupé par le bien-être des employés ne vaut rien sans mesure concrète pour améliorer leurs conditions. 

Nous sommes conscients que, bien que les AGC aient été particulièrement éprouvés par les effets de la pandémie, un grand nombre d’entre vous dans les missions à l’étranger subissent des pressions du même genre. Plus particulièrement, nous savons que le refus d’AMC d’autoriser les déplacements en vertu des DSE 50 ou 51 où que ce soit sauf à l’intérieur du pays hôte ou du Canada pose des problèmes. Même si nous exerçons des pressions en faveur de plus de nuance et de flexibilité dans la reconnaissance des situations dans les diverses régions, l’arrivée de la deuxième vague au Canada – paradoxalement – nous a rendu la tâche plus difficile. Toutefois, nous n’abandonnons pas et nous continuerons à défendre ces enjeux pour le compte des AGC et des autres membres touchés. 

Vendredi dernier, j’ai aussi animé une séance d’information à l’intention des membres intéressés à un recours dans le cadre du concours EX-01 d’AMC. La directrice générale Kim Coles et le conseiller en relations de travail Bert Myre ont exposé la procédure de présentation d’une plainte devant la Commission des relations de travail dans la fonction publique et répondu aux questions des participants. Nous avons enregistré le volet exposé du webinaire, et vous pouvez le visionner ici.

Comme mentionné la semaine dernière, nos membres de la filière AISE ont exprimé le besoin d’obtenir plus de renseignements sur l’APASE et son rôle. Par conséquent, j’animerai une séance « APASE 101 » le jeudi 8 octobre à 0800, heure d’Ottawa. Cette séance s’adressera principalement à la filière AISE, mais elle serait également utile aux membres des autres filières qui souhaitent en savoir davantage sur nos collègues de l’AISE et/ou le rôle et les services de l’APASE. Des discussions de ce genre nous permettent aussi de mieux vous comprendre, de sorte que nous puissions faire en sorte d’intégrer vos besoins et objectifs à long terme dans notre planification stratégique. Vous pouvez vous inscrire à la séance ici. Pour ceux et celles qui ne pourront y participer, je ne manquerai pas d’inclure un lien à un enregistrement de la séance dans ma prochaine mise à jour.

Nous poursuivons aussi nos efforts en vue de changer la culture du service extérieur en matière de diversité et d’inclusion. Un grand merci à tous ceux et celles qui ont participé à notre sondage sur l’intervention de témoins, qui a pris fin la semaine dernière. Les consultants de Seasonova sont en train d’analyser les résultats et de rédiger des recommandations concernant nos besoins de formation. J’espère avoir des détails supplémentaires à vous communiquer d’ici l’assemblée générale annuelle de l’APASE, le 26 octobre à 1600.

Nous n’aurons pas besoin de tenir d’élection au Comité exécutif, cette année. Nous avons reçu cinq candidatures pour les six postes vacants, mais il nous manque encore un candidat ou une candidate AGC. Si vous êtes membre de cette filière et occupez un poste FS, pourquoi ne pas envisager de poser verbalement votre candidature à l’AGA ? Si vous désirez plus d’information sur ce qu’on exige des membres siégeant au Comité, vous pouvez visionner notre séance d’information ici et, si vous avez des questions, vous pouvez toujours m’envoyer un courriel pour organiser un clavardage. 

Cette AGA sera particulièrement importante parce qu’en plus du budget, de l’adoption du plan stratégique triennal et de l’avenir de bout de papier, un des grands points que nous aborderons cette année sera l’avenir du projet de présidence rémunérée à temps plein (PRTP). Comme nous l’avions promis au moment où le projet pilote de deux ans a été adopté à l’AGA de 2018, la masse des membres sera appelée à se prononcer par vote sur cet enjeu avant l’assemblée. 

Compte tenu de la situation à laquelle l’APASE est confrontée par suite de la pandémie, le Comité exécutif recommande que nous prolongions le projet de PRTP d’une année complète, soit jusqu’en décembre 2021. Bien que nous estimions qu’il serait malavisé que nous soyons sans représentation à temps plein d’un agent ou d’une agente du service extérieur de carrière à une période aussi cruciale pour notre profession, nous devons être conscients que notre environnement actuel est en effervescence et que nos besoins et nos ressources pourraient changer au cours de la prochaine année. La prolongation du projet pilote nous permettra aussi de procéder à une évaluation professionnelle exhaustive du bien-fondé et de la valeur du poste à temps plein, ainsi qu’à une consultation approfondie, avant de tenir un deuxième vote sur la question de savoir s’il y a lieu ou non de rendre le poste une composante permanente de la structure de gouvernance de l’APASE et la manière de le faire, le cas échéant.

Avant le début de la période de scrutin cette année, qui se tiendra du 13 au 23 octobre, vous recevrez par courriel vos identifiants de votant de notre fournisseur, Intelivote. Dans le bulletin, il vous sera demandé si vous acceptez la recommandation du Comité exécutif de prolonger le projet de PRTP au-delà du 31 décembre de cette année. Si vous votez « oui », on vous amènera à une sous-question portant sur la méthodologie, où il vous sera demandé si vous acceptez la recommandation ci-dessus de prolonger le projet pilote, ou si vous voulez rendre la PRTP permanente dans les plus brefs délais. Un vote « non » signifierait un retour au modèle de présidence bénévole à temps partiel à compter de la première assemblée du Comité exécutif en novembre.

Pour ceux et celles qui voudraient obtenir de plus amples renseignements sur la recommandation du Comité exécutif ou en discuter, je tiendrai deux séances afin d’en examiner tous les détails. Veuillez cliquer ici pour vous inscrire à la première séance le mardi 6 octobre à midi, heure d’Ottawa. Pour vous inscrire à la seconde séance le mardi 13 octobre à 0800, heure d’Ottawa, veuillez cliquer ici. Si vous désirez soumettre des questions à l’avance, veuillez me les envoyer d’ici la fermeture des bureaux, heure d’Ottawa, la veille du webinaire. Nous diffuserons aussi les enregistrements à l’intention de ceux et celles qui n’auront pu y participer en direct.

Comme je l’ai mentionné la dernière fois, je suis principalement en télétravail, mais j’ai l’occasion de me rendre au siège social de temps à autre. Et je suis heureuse de vous annoncer que les calendriers 2021 sont arrivés. Si ce n’est déjà fait, veuillez envoyer un courriel au siège social en donnant votre adresse postale actuelle pour faire en sorte que cet envoi vous parvienne en même temps que votre plus récent numéro de bout de papier.

Comme toujours, si vous avez besoin d’aide au sujet de votre situation particulière au travail, n’hésitez pas à communiquer avec notre directrice générale Kim Coles. Elle s’empressera de vous mettre en contact avec l’un ou l’autre de nos conseillers en relations de travail. Pour toute autre question, il suffit d’envoyer un courriel à info@pafso.com en tout temps.

Et n’oubliez pas nos pause-café virtuelles. Joignez-vous à moi si vous le pouvez. Elles ont lieu les mardis, mercredis et jeudis à 1030, heure d’Ottawa. Veuillez utiliser cet nouveau lien d’invitation pour y participer. 

En dernier lieu, je signale qu’en date d’aujourd’hui, notre ami et collègue Michael Kovrig, tout comme son compatriote canadien Michael Spavor, est incarcéré en Chine depuis 662 jours. J’ai été très heureuse de constater que, dans le discours du Trône de la semaine dernière, il est fait mention qu’il faut rapatrier les deux Michael. Si vous désirez appuyer nos efforts afin de passer de la parole aux actes, n’hésitez pas à utiliser notre trousse de graphiques pour faire passer le message sur les médias sociaux. 

Soyez prudents, tous et toutes. Prenez soin de vous et des autres. Je vous reviens dans deux semaines.

Cordialement,

Pam Isfeld
Présidente


Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account