Le point sur la COVID-19 de la présidente de l’APASE pour le 18 décembre 2020

Chers membres,

La fin de 2020 approche. Ainsi s’achève enfin une année qui restera dans nos mémoires comme ayant tout chamboulé. De la pandémie mondiale de la COVID-19 jusqu’aux manifestations pour la justice et l’égalité raciales, en passant par les récentes tensions entourant l’élection présidentielle américaine – 2020 pourrait laisser un goût amer à la majorité.

Je sais que je le répète, mais je me souviendrai de 2020 moins pour le chaos et les bouleversements qu’elle nous a occasionnés que pour la façon dont les membres de l’APASE ont réussi à relever les défis et à surmonter les obstacles. Dès le début de la crise, nous avons été poussés dans nos derniers retranchements – les évacuations, les rapatriements, le maintien en poste avec un effectif minimal, la transition au travail à distance, sans compter l’ajustement à l’isolement et/ou l’adaptation à la nouvelle dynamique familiale résultant de l’enseignement virtuel. Toutefois, nous avons fait preuve de souplesse et d’adaptabilité, dans la plus pure tradition du service extérieur. Et l’acceptation d’une nouvelle réalité fait fondamentalement partie de ce qu’on appelle la résilience.

À l’APASE, nous n’avons pas tardé à adapter nos opérations au travail à distance, et nous resterons en télétravail jusqu’à ce que les autorités de la santé publique nous donnent le feu vert. Grâce à une mise à niveau exhaustive de nos systèmes de TI à la fin de 2019, la transition s’est effectuée presque sans heurt et n’a nui en rien à la disponibilité, à la prestation et à la qualité de nos services aux membres.

Compte tenu de la nouvelle normale de la réaction à la pandémie, de nouveaux enjeux ont confronté l’employeur et les agents négociateurs. Depuis mars, nous participons à plusieurs groupes de travail chargés de régler ces problèmes nouveaux et sans précédent. Nous avons constamment progressé, mais parfois lentement, et il va sans dire que notre travail au sein de ces groupes de travail se poursuivra dans l’avenir prévisible. Cette semaine, Santé Canada nous a breffés sur ses préparatifs en vue d’une vaccination, qui font toujours l’objet de discussion avec AMC car le PC et les membres de leur famille ont été reconnus comme faisant partie de la « population fédérale ». La semaine prochaine, je m’attends à avoir d’autres nouvelles concernant les crédits d’impôt pour dépenses relatives au télétravail. Comme toujours, je vous tiendrai au courant des développements au fur et à mesure.

Plus tôt cet automne, je vous ai dit que nous espérions trouver d’ici la période des fêtes de l’hiver une solution aux problèmes occasionnés par la restriction que AMC a imposée à la DSE visant les congés, la réunification des familles et le temps de R&R. La résurgence du virus au Canada et ailleurs a malheureusement dissipé ces espoirs, mais nous continuerons à presser pour une souplesse raisonnable aussitôt que possible. Dans l’intervalle, ceux et celles d’entre vous qui peuvent revenir au Canada mais qui constatent que les taux de 2019 ne couvrent pas, comme promis, 80 % des frais d’un billet flexible et remboursable devraient consulter leur mission et leur conseiller ou conseillère en DSE. La directive pertinente stipule qu’ « on consultera le chef de mission ou d’autres sources afin d’établir des indemnités équitables et justifiables » dans une telle situation. Si vous estimez que votre cas n’est pas traité équitablement, veuillez communiquer avec Paul Raven au siège social de l’APASE pour obtenir des conseils et de l’aide.

Malgré les restrictions résultant de la pandémie, nous avons tenté de vous offrir le même niveau de service que dans le passé. Nos petits déjeuners de l’APASE habituels sont passés au virtuel. Nous sommes très heureux de constater que nos membres se sont confortablement adaptés au nouveau mode qui a eu deux conséquences indirectes positives. Premièrement, pour la première fois, les membres de l’extérieur de la région de la capitale nationale peuvent désormais y participer. Deuxièmement, l’utilisation d’une plateforme comme Zoom nous permet d’enregistrer facilement la session qu’il est possible de partager via notre canal YouTube.

S’il y a quelque chose que nous avons appris de 2020, c’est combien nous devons nous en remettre davantage aux technologies mises à notre disposition. Ces outils, qu’il s’agisse de nos messages bihebdomadaires ou de l’utilisation de Zoom pour tout – nos rencontres occasionnelles ou notre AGA –, nous ont, selon moi, permis de resserrer les liens de la famille FS. J’espère que vous vous joindrez à nous lors de notre prochain petit déjeuner, le 12 janvier (détails à suivre).

Le pouvoir de notre esprit de corps m’est devenu très évident, la semaine dernière. Afin de marquer qu’il y a deux ans que notre ami et collègue Michael Kovrig et son compatriote canadien Michael Spavor ont été arrêtés et sont emprisonnés, nous avons demandé à nos membres d’utiliser les graphiques que nous avions établis sur leurs médias sociaux en signe de solidarité et pour faire passer un message clair : libérez-les maintenant. Le résultat a dépassé toutes nos attentes, plus de 700 d’entre vous ont répondu à l’appel. En parcourant mes fils Twitter et Facebook jeudi dernier, j’ai été ravie de voir que vous aviez été si nombreux et nombreuses à participer à notre campagne qui, nous le savons, a capté l’attention aux niveaux les plus élevés. Il est difficile de jauger l’impact ultime de notre action, mais, de toute évidence, elle témoigne que nous sommes forts et unis. Et ça, c’est rare dans beaucoup d’autres professions.

2020 s’est révélée une année fort affairée pour moi et les autres membres du Comité exécutif. Cependant, nous n’étions pas les seuls à travailler d’arrache-pied. Deux comités en particulier se sont appliqués à quelques projets énormes malgré toute l’adversité : le comité des prix de l’APASE et le groupe de travail chargé du renouveau de bout de papier.

Après avoir, en février dernier, pris la difficile décision de reporter le gala de 2020, le comité des prix est heureux d’annoncer le retour des prix de l’APASE. La période de mises en candidature est actuellement en cours; ainsi, si vous connaissez des agents et agentes du service extérieur exceptionnels dont le travail en 2019 ou 2020 mérite d’être souligné, ne manquez pas de présenter leur candidature pour un prix de l’APASE 2021. Les candidatures pour toutes les filières sont volontiers acceptées et elles peuvent provenir de n’importe qui, notamment de pairs, de superviseurs, de membres du secteur privé, d’ONG ou du grand public. La date limite de réception des candidatures est fixée au 5 avril 2021. Tous les détails se trouvent sur le site web de l’APASE. Je le répète, 2020 a fait ressortir le meilleur de ce que le service extérieur avait à offrir; faisons donc en sorte que ce travail soit souligné et célébré.

Autre bonne nouvelle : la refonte de bout de papier est achevée. La semaine dernière, on a annoncé la nomination de Dan Livermore au poste de rédacteur en chef par intérim. Il aura pour première tâche de reconstituer et de rajeunir le conseil de rédaction. bout est la voix du service extérieur du Canada et il doit englober nos cinq filières et refléter la diversité de nos membres. Si vous désirez avoir votre mot à dire dans l’établissement du cap de cette nouvelle itération du magazine phare de l’APASE, ou si vous avez des idées d’articles à contribuer, ne manquez pas de communiquer avec le directeur de la rédaction, Eric Schallenberg. J’ai vraiment hâte de voir ce qu’un bout de papier rafraîchi, renouvelé et revitalisé aura à offrir, mais il ne peut représenter vos intérêts et refléter vos opinions que si vous vous engagez activement. Un nouveau numéro devrait paraître au printemps 2021.

Outre la renaissance de bout, une autre publication pertinente a vu le jour en 2020. Il s’agit du bulletin officiel du Forum des anciens du service extérieur canadien, une nouvelle association de FS à la retraite. Vous pouvez lire le numéro inaugural de Forum ici. Et si vous désirez vous y abonner, assurez-vous de communiquer avec cette association ici.

D’autre part, les organisateurs du recours collectif déposé contre le gouvernement du Canada par les fonctionnaires noirs pour discrimination systémique ont contacté l’APASE et les autres agents négociateurs fédéraux pour solliciter leur aide afin de sensibiliser leurs membres admissibles à leurs efforts et de les encourager à consulter www.blackclassaction.ca pour obtenir de plus amples renseignements. En sa qualité de syndicat et d’association professionnelle, l’APASE possède de longs antécédents de lutte contre le racisme et les autres formes de discrimination au travail et elle souscrit aux principes qui sous-tendent ce recours collectif. Nous recommandons aussi fortement aux membres de l’APASE qui ont été victimes de racisme ou de toute autre forme de discrimination ou de harcèlement de communiquer avec la directrice générale Kim Coles pour obtenir de l’aide en vertu des dispositions de notre convention collective et des autres lois applicables.

Les fêtes sont à nos portes et, même si elles seront différentes de celles du passé, j’espère qu’elles vous donneront quand même le répit que vous méritez. La majorité de l’hémisphère nord passera les prochaines semaines à profiter de repos et à célébrer le renouveau sous une forme ou une autre et, cette année, nous en avons besoin plus que jamais. L’année 2020 fut certes difficile, mais nous nous sommes adaptés et nous avons persisté et vaincu. Et, malgré qu’il soit difficile de faire preuve d’optimisme à l’heure actuelle, 2021 est déjà riche de promesses. Compte tenu des multiples vaccins déjà disponibles et en voie d’être administrés partout au Canada et ailleurs dans le monde, nous pouvons entrevoir la lumière au bout du tunnel. Nous nous sommes adaptés à la nouvelle normale, mais, tout comme vous, je suis prête à revenir à l’ancienne normale : voir ses amis et ses proches, interagir face à face, travailler dans un bureau et de simples plaisirs comme aller au cinéma. Je sais que nous n’en sommes pas encore rendus là, mais ça se pointe à l’horizon.

Merci à tous et à toutes de votre travail ardu et de vos sacrifices en 2020. Je vous souhaite un joyeux Noël, de joyeuses fêtes et mes meilleurs vœux pour 2021 ! Étant donné que le premier vendredi en janvier tombe le jour de l’An, je vous enverrai mon prochain message complet la semaine suivante. D’ici là, prenez soin de vous et des autres.

Cordialement,

Pam Isfeld
Présidente

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account