Les lauréats des Prix des agents du Service extérieur Canadien 2012

OTTAWA

Le 7 juin 2012

L’Association professionnelle des agents du Service extérieur (l’APASE) est heureuse d’annoncer les noms des lauréats 2012 des Prix du service extérieur canadien de l’APASE présentés le 7 juin au Centre national des Arts à Ottawa.

SOPHIE AUGER
Pour sa force d’âme extraordinaire et son rendement exceptionnel à titre de gestionnaire, leader, innovatrice, formatrice, mentor et négociatrice, Sophie Auger mérite bien le prix de l’APASE de 2012. De 2009 à 2011, lorsque l’Unité des visas de résident temporaire du Haut-Commissariat à Nouvelle Delhi pouvait recevoir 1000 demandes par jour – le total a dépassé les 100 000 en 2011 –, Sophie a réagi par un engagement à l’égard de la qualité du service et de l’intégrité du programme, par un soutien inébranlable à ses collègues et par une créativité exemplaire. Elle a mis en place des programmes rationalisés, comme le Programme des partenaires étudiants qui a accommodé une étonnante crête de 12 000 demandes d’étudiants en mars 2010, les Programmes « Business Express » et « Worker Express » à l’intention des plus importants partenaires indiens du Canada et le Programme « Tourist Partners ». Sophie a fait preuve de persévérance, détermination et résilience lorsque le gouvernement de l’Inde a réagi au refus de visas à des militaires et que les médias locaux ont lancé une campagne personnelle contre elle. Elle a maintenu l’esprit d’équipe, livré le programme de visas dans les délais et conseillé Ottawa sur la révision des lignes directrices.

VIRGINIE SAINT-LOUIS
Par sa créativité et son rendement supérieur à titre de chef de mission et son leadership à la fois inspirant et plein de sollicitude, Virginie Saint-Louis représente une nouvelle génération de leadership au sein du service extérieur canadien et elle mérite pleinement le prix de l’APASE de 2012. Son grand discernement, sa compréhension du Mali, sa discrétion et sa détermination infatigable ont joué un rôle crucial dans le dénouement heureux du kidnapping de Robert Fowler et Louis Guay. Elle a gardé l’ambassade fonctionnelle, évacué les personnes à charge et assuré les services consulaires essentiels lorsque les groupes rebelles ont pris le contrôle d’une grande partie du nord du Mali. En réaction au coup d’état de mars 2012, Virginie a immédiatement avisé les instigateurs que leurs actes étaient inacceptables pour le Canada et la collectivité internationale. Elle a, par sa fermeté, son leadership calme et sa bonne humeur indéfectible, su maintenir le moral et l’efficacité des employés. Elle a joué un rôle stratégique dans la promotion des intérêts commerciaux du Canada, en particulier dans le secteur minier. Elle a acquis une compréhension unique d’une société en développement complexe, qui lui a permis de surveiller des démarches d’approche innovatrices au programme d’aide au développement de 120 millions de dollars au Mali.

GARY WALLACE
Gary Wallace, agent de liaison au Caire de l’Agence des services frontaliers du Canada, s’est surpassé dans un environnement chaotique et exigeant lors de la crise égyptienne de janvier 2011. Sans soutien au départ, et grâce à son leadership, à ses qualités de communicateur et aux relations harmonieuses et respectueuses qu’il avait établies à l’aéroport du Caire, il a fait en sorte que des centaines de citoyens et résidents canadiens soient rapidement évacués et mis en sécurité. Gary a ensuite été envoyé en mission à l’aéroport de Tripoli en Libye où les conditions étaient désespérées, imprévisibles et dangereuses; il a été confronté à des fonctionnaires et employés aéroportuaires angoissés, épuisés et souvent hostiles. Par sa maîtrise de soi et son approche amicale, « M. Gary » a invariablement rallié à sa cause ses interlocuteurs, mêmes les plus récalcitrants, et les a convaincus de fournir l’aide voulue pour l’évacuation des Canadiens. Il y a particulièrement lieu de noter la détermination de Gary concernant un certain nombre de cas consulaires difficiles mettant en cause de tragiques litiges de garde d’enfant. Gary est lauréat du prix de l’APASE pour son courage exceptionnel, ses talents supérieurs de communicateur et d’organisateur et son rendement exceptionnel dans la protection de Canadiens dans des circonstances extrêmes.

TERRY WOOD
Terry Wood est le spécialiste reconnu du Canada en matière de dossiers de contrôle nucléaire. Il a acquis avec diligence une connaissance phénoménale des enjeux extrêmement complexes qui caractérisent ce secteur et une compréhension intime de leur évolution au fil du temps. Terry a joué un rôle charnière dans la négociation de l’Accord de coopération nucléaire du Canada avec la Chine, processus exceptionnellement complexe et délicat. Des millions de dollars en ventes d’uranium étaient en jeu, et Terry a su établir l’équilibre entre les intérêts économiques du Canada, d’une part, et l’intégrité des obligations et de la politique du Canada en matière de non-prolifération, d’autre part; il n’a jamais abaissé ses normes et est tout de même parvenu à convaincre tous les intervenants que la meilleure marche à suivre consistait à ne pas dévier de la politique établie. Il défend avec ténacité ses convictions, qui reposent sur une vaste expérience et des connaissances encyclopédiques, mais toujours avec courtoisie et respect envers ses interlocuteurs. Pour sa connaissance phénoménale, ses talents exceptionnels de diplomate, sa collégialité, sa grâce sous pression et sa contribution, durant toute sa carrière, à défendre les intérêts du Canada et à rendre le monde plus sûr, Terry Wood reçoit le prix de l’APASE de 2012.

L’APASE a institué les Prix des agents du Service extérieur canadien en 1990 comme moyen de souligner les réalisations exceptionnelles d’agents du service extérieur de carrière. Chaque lauréat reçoit un certificat, prix en espèces et une épinglette.

Cette année, la composition du jury était la suivante : le général (à la retraite) John de Chastelain (président), M. Scott Feschuk, M. Claude Laverdure, Mme Patricia Marsden-Dole, Mme Maureen O’Neil et Mme Janet Siddall.

Outre les quatre prix de l’APASE, un autre prix a été décerné lors du dîner de l’APASE, le 7 juin 2012. Messieurs Ken England et Michael Kovrig sont les lauréats du prix parrainé par l’Association des chefs de mission à la retraite (l’ACMAR) pour le meilleur article publié dans le magazine bout de papier. Leur article, « DFAIT’s Global Security Reporting Program », a paru dans le volume 26, n° 3. Chacun a reçu un certificat encadré et un chèque.

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?