Les lauréats des Prix des agents du Service extérieur canadien 2008

TIM KILBOURN
Tim Kilbourn, conseiller (immigration) à l’ambassade du Canada à Moscou, reçoit un prix de l’APASE pour les efforts exceptionnels qu’il a déployés dans des circonstances fort difficiles. Il a été affecté à Moscou en 2005, en prévision de l’établissement d’un nouveau modèle de gestion régionale pour CIC et de la mise en oeuvre de modifications au sein de la Section de l’immigration. Lorsque son gestionnaire de programme est devenu malade et est plus tard décédé, la responsabilité intégrale de mettre en œuvre les changements, d’assurer le leadership de la section et de réagir à des mesures de représailles des Russes suite au refus d’un visa canadien. Ces mesures ont pris la forme de refus de visas russes à d’autres agents qui devaient aller en mission à Moscou et au personnel temporaire d’urgence venant du Canada dont on avait besoin pour alléger la grave pénurie de personnel à la Section de l’immigration. La section a dû fonctionner à 50 % – 60 % de son effectif normal pour une période de plusieurs mois, sans compter les longues heures et le niveau de stress élevé pour le personnel. Tim a offert du soutien de première main à tous ses employés et à prêché par l’exemple, adoptant une approche « qui sait faire » au service à la clientèle, tout en veillant à ce qu’on règle adéquatement les questions d’inadmissibilité. Il s’est révélé particulièrement efficace dans le maintien du moral et du momentum pour ce processus. Tim a aussi dirigé une initiative visant à inciter divers organismes à Ottawa à raccourcir leurs délais de réaction aux demandes de visa clés.

JOANNE LEMAY
Joanne Lemay reçoit un prix de l’APASE cette année en reconnaissance de son travail tant à l’étranger, à titre de consule à Guadalajara, qu’à l’administration centrale où elle a organisé six des symposiums régionaux du sous-ministre du Commerce international – « L’équipe mondiale du SDC : des résultats concrets pour le Canada ». Pendant qu’elle était au Mexique, elle a établi une équipe aussi excellente qu’efficace composée de deux employés recrutés au Canada et de sept employés recrutés sur place. Bien qu’il s’agisse d’une micromission, l’équipe commerciale de Guadalajara s’est classée parmi les quatre meilleures missions à cerner les débouchés commerciaux pour les clients canadiens en 2004 et en 2005. Les travaux relatifs aux six symposiums régionaux du sous-ministre du Commerce reflètent un degré élevé de planification stratégique dans les documents d’information, la réflexion approfondie qui a donné lieu à l’harmonisation de contributions variées dans un programme ciblé, instructif et interactif. Les symposiums ont placé le Service des délégués commerciaux dans la position voulue pour réagir avec créativité et efficacité aux nouveaux défis que pose et posera l’aide aux entreprises canadiennes partout dans le monde.

ANNE MARTEL
Anne Martel, conseillère commerciale à l’Ambassade du Canada à Rome, reçoit un prix de l’APASE pour son travail visant à régler des problèmes qui compromettaient l’accès au marché italien clé pour l’exportation de blé dur canadien. Elle a fait preuve de connaissances locales particulières et d’une maîtrise admirable de la langue pour élaborer et élargir son réseau local qu’elle a mobilisé pour défendre des intérêts canadiens cruciaux. Grâce à son travail acharné et à des comptes rendus clairs à tous les intervenants canadiens intéressés, elle a non seulement aidé à régler le problème qui se posait pour les exportations de blé dur canadien en 2005-2006, mais aussi à établir un plan d’action qui diminuait la probabilité d’autres obstacles aux exportations canadiennes. En décembre 2005, un juge régional du sud-est de l’Italie a ordonné la saisie de deux envois de blé dur canadien, en alléguant qu’ils contenaient des niveaux inacceptables de toxines dangereuses.  Cette décision a compromis des exportations canadiennes de plus de 400 000 tonnes de blé dur par année à l’Italie, d’une valeur moyenne de plus de 100 millions de dollars par année. Elle a aidé à faire prendre conscience au gouvernement de l’Italie de la nécessité d’une approche scientifique. Son approche pragmatique et constructive à la résolution de problèmes sur une période de plusieurs mois a contribué à lui permettre de régler le dossier de manière fructueuse et satisfaisante pour le Canada et les intérêts canadiens qu’elle protégeait et défendait. Voilà un bel exemple du travail classique de l’agent du service extérieur canadien.

MICHAEL WATTS
Michael Watts reçoit un prix de l’APASE pour son rendement exceptionnel dans une foule d’affectations, notamment à titre de gestionnaire du programme d’immigration à Accra (Ghana). Il est actuellement directeur, Opérations géographique, Asie-Pacifique/Amériques, à CIC. Pendant qu’il était au Ghana, il a été responsable pour les mouvements d’immigration en provenance du Libéria et il a dû s’occuper de nombreux cas d’adoption d’enfants libériens par des Canadiens. La fiabilité du processus d’adoption posait de graves problèmes. Il a établi des sources d’information fiables au Libéria et s’est efforcé de fournir un excellent service à la clientèle aux parents canadiens éventuels, tout en prenant bien soin que l’enfant à adopter ne fasse pas l’objet de trafic de personnes. Il est un joueur d’équipe, ayant assumé des rôles clés au Haut-Commissariat lors de la visite de la gouverneure générale au Ghana et de l’évacuation de Canadiens de la Côte d’Ivoire au Ghana.

Le jury de sélection des Prix, cette année, était composé de : M. Michael Kergin, (Président du jury); l’hon. James Bartleman, M. Brian Davis, Le lieutenant-général (à la retraite) Michael K. Jeffery; M. Don Newman et Mme Louise Terrillon-Mackay.

Outre les quatre prix des agents du Service extérieur canadien, un autre prix a été décerné au dîner de l’APASE, le 12 juin 2008. M. Scott Slessor s’est vu remettre le prix de l’Association des chefs de mission à la retraite (ACMAR) pour le meilleur article publié dans bout de papier, Vol. 23. Son article, intitulé « Illuminating Khmer Ornamentation », a paru dans le numéro 2 de la revue. M. Slessor a recu un prix et une cheque.

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?